La mise aux normes du système d’assainissement de Souleyrie a débuté par la réfection de l’ovoïde des avenues des Volontaires et des Pupilles  : un chantier d'envergure d'une année.

Dans le cadre de la mise aux normes du système ­d’assainissement de Souleyrie visant à améliorer le traitement et la collecte des eaux usées, la CABA a réalisé, en 2017/2018, des travaux d’envergure de reprise de l’ovoïde des avenues des Volontaires et des Pupilles.

En 2015, un diagnostic génie civil avait fait apparaître des déficits structurels évolutifs  sur cette conduite datant des années 45 : fissures, érosion, usure du radier qui crée des problèmes d'intrusions d'eaux claires parasites et de probable exfiltration d'eaux usées en nappe basse. C’est donc une reprise intégrale qui a été réalisée en 2017/2018 sur 1 300 m, allant du bas de l’avenue des Volontaires (au niveau du Centre Commercial) jusqu’au départ de la rue Paul Doumer.

Même si les interventions se déroulaient en sous-sol, l’accès à la conduite s’effectuait par les regards situés le long de la chaussée. Ces derniers avaient donc été sécurisés, tout au long des avenues des Volontaires et des Pupilles, pour permettre la descente des quelque 25 techniciens mobilisés ainsi que l’approvisionnement en matériel.

Le déroulement du chantier

Réalisés à l’intérieur de l’ouvrage d’art de 2,15 m de haut sur 1,80 m de large et long de 1,3 kilomètres, les travaux ont débuté par un curage/nettoyage de l’ovoïde et un détournement des eaux usées et pluviales. En octobre 2017, les équipes ont piqué et évacué le béton altéré du radier de l’ouvrage : zone d’écoulement située au centre de la conduite. La pose des nouveaux éléments préfabriqués du radier s’est terminée mi-janvier 2018. Pour optimiser la durée du chantier, deux équipes ont travaillé en simultané : une avenue des Volontaires et une avenue des Pupilles. Puis ce sont les parois extérieures et intérieures de l’ovoïde qui ont été renforcées. Première étape réaliser les forages et les injections de coulis de ciment de l’intérieur vers l’extérieur de l’ouvrage. Puis, il a fallu décaper grâce à des jets haute pression les parois intérieures et ferrailler l'ensemble avant de projeter le nouveau béton.

 

Pendant la première phase du chantier de reprise de l'ovoïde, une inspection vidéo des 160 branchements d'assainissement raccordés à celui-ci avaient également été effectués. L'analyse de leur état avait permis de déterminer les reprises à réaliser. 76 branchements ont été repris en intégralités.

Quelques photos du chantier de réfection de l'ovoïde...

Reprise des branchements assainissements

De nombreux acteurs

Plusieurs acteurs sont intervenus sur ce chantier trés spécifique. Pour assurer la sécurité du chantier et des agents, les travaux ont été effectués par des entreprises spécialisées dans ce type d'intervention. De nombreux contrôles d'hygiène et sécurité ont été réalisés au fil du chantier.
La CABA, maître d’ouvrage de l’opération avait confié la maîtrise d'œuvre à Structure et Réhabilitation, maître d’œuvre de l’opération avec une sous-traitance à l’entreprise SOCAMA de Tulle pour l'accompagnement sur le suivi des travaux.
G2C, bureau d’études a assuré la coordination et la validation de l’ensemble du projet, AB ingénierie, la coordination sécurité.
Le travaux ont été effectués par les entreprises mandatées : Nouvetra, SADE, DSPM et STAP 15. Le tout est réalisé en concertation avec la Ville d’Aurillac, gestionnaire de la voirie.

Un an de travaux...

Pour ce chantier d'envergure, les travaux estimés à 12 mois tenaient compte des conditions météorologiques hivernales et des semaines de congès des entreprises. Consciente de l'impact de ces travaux de réhabilitation des infrastructures publiques d’assainissement, la Communauté d'Agglomération a fait son possible en concertation avec les entreprises et la Ville d'Aurillac pour limiter au maximum la gêne occasionnée. Les entreprises ont ainsi travaillé en double équipes et ont maximisé leur temps de travail afin de réduire la durée du chantier. En outre, les travaux les plus impactants ont été calés en période de vacances scolaires.

Ces travaux bien qu'importants ont été réalisés à titre "curatif" et pour entretenir les infrastructures publiques afin d'éviter tout effondrement ou fissure plus importante de l'ovoïde qui le cas échéant nécessiterait des interventions d'urgence encore plus lourdes et de probables tranchées sur la chaussée.