Un gros cube bleu au couleur de la CABA a pris place sur le parking du Centre Aquatique (côté Epicentre) : il s'agit d'une station de production et de distribution d’hydrogène !

Soucieuse de préserver l'environnement, la Communauté d'Agglomération du Bassin d'Aurillac mène de nombreuses actions en matière de développement durable. Elle travaille notamment à la promotion des énergies renouvelables et de la mobilité « verte ». Une station de production et de distribution d’hydrogène vient pour cela d'être installée sur le parking du Centre Aquatique (côté épicentre). Elle permet de produire et de stocker de l'énergie hydrogène grâce à une simple alimentation en eau potable et en électricité.

Un territoire à fort potentiel

La volonté politique de la CABA est de conduire des démarches vertueuses en matière de développement durable. Une volonté qui se traduit déjà par la mise en place de nombreuses actions autour de la précarité énergétique (OPAH), la mobilité électrique (bus et vélos électriques), l’amélioration thermique des bâtiments (STABUS, aérogare, éclairage LED…), la création d'un parc et de toitures photovoltaïques à Tronquières, la mise en place d'un réseau de chaleur depuis l'incinérateur de boues de Souleyrie, l’obtention du label Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV), la mise en place d'un Plan climat-air-énergie territorial (PCAET) dans le cadre du Syndicat mixte du SCoT à l’échelle des trois intercommunalités : CABA, Cère et Goul en Carladès et Châtaigneraie cantalienne.

Selon les statistiques du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire de septembre 2018, en matière de photovoltaïque, le Cantal représente 2,95% (1 989 installations) des installations de la région Auvergne-Rhône-Alpes et produit 16,2% de la puissance produite sur la région (146 MW dont 40 Mw sur les champs photovoltaïques de Marmanhac, Jussac, Aurillac et Arpajon-sur-Cère). Bien que le Bassin d'Aurillac soit fortement dépendant aux énergies fossiles notamment en terme de déplacements, notre territoire a donc un fort potentiel en matière de production d'énergies renouvelables.

Ce double constat a conduit les élus à vouloir mettre en œuvre un projet visant à :
- produire de l’énergie avec les ressources du territoire,
- pouvoir la stocker et la consommer localement en privilégiant la mobilité à moyen terme,
- fédérer les acteurs locaux pour en faire un projet de territoire

La production d'hydrogène : comment ça fonctionne ?

L'hydrogène est obtenu grâce à l'électrolyse de l'eau : procédé électrolytique qui décompose l'eau en dioxygène (O2) et dihydrogène gazeux (H2) grâce à un courant électrique.

Capable de produire de façon autonome 2 kg d’hydrogène par jour et de stocker 7 jours complets de production, cette station permet la recharge quotidienne de 1 à 4 véhicules légers, de façon accélérée.

Son exploitation et sa maintenance ont été confiées à ENGIE Cofely. Elles obéissent, notamment en matière de sécurité, à la réglementation et aux caractéristiques techniques de ce type d'installation, comme les stations de distribution de carburant ou de stockage et de vente de bouteilles de gaz domestiques d'un usage courant.

Une flotte électrique à hydrogrène

Au sein de la flotte communautaire, ce sont 2 véhicules type Kangoo ZE-H2 électrique avec prolongateur d’autonomie hydrogène qui ont été achetés (54 000€ HT). Ils sont utilisés par les contrôleurs de travaux pour leurs déplacements sur les chantiers. A proximité de la station, a aussi été installée une borne pour la recharge de ces véhicules en électricité.

La volonté est d’ouvrir, dans le cadre de conventions, l’utilisation de ces équipements à tous ceux qui souhaitent se lancer dans ces nouveaux modes de déplacement. Plusieurs administrations et entreprises ont fait connaître leur souhait de doter leur flotte de véhicules à hydrogène et de disposer de cette source d’approvisionnement.

Mis à disposition d'ENGIE Cofely

Au delà de la maintenance de la station qui lui a été confiée par la CABA, ENGIE Cofely* a souhaité prendre part à cette innovation en faisant l’acquisition en juillet 2018 d’un véhicule hydrogène pour son équipe d’exploitation basée à Aurillac. Ce véhicule, lui aussi de type Renault Kangoo ZE-H2, est à même de se raccorder à notre station hydrogène. Cette solution correspond parfaitement aux critères d’exploitation de la flotte des 50 véhicules d'ENGIE Cofely et conforte son engagement  et sa place de précurseur en faveur de la mobilité verte.

Financement

Pour l’acquisition de cette station auprès du groupement Atawey/Engie d'un coût de 250 000 €, la CABA a bénéficié du soutien de l’État dans le cadre de la convention AURATRANS de l'ADEME à hauteur de 50 000 €.