Dans le cadre de sa compétence Transports, la CABA assure, par une délégation de service public confiée à la Stabus, le développement du réseau de transports collectifs.

Jeunes, étudiants, actifs, personnes âgées... : nombreux sont ceux qui se déplacent chaque jour. Sur son territoire, c’est la CABA qui assure le développement du réseau de transports collectifs dans le cadre de sa compétence Transports. Par délégation de service public, l’exploitation de celui-ci est confiée à la Société Publique Locale Stabus.

Des offres pour tous

La CABA et la Stabus proposent des offres de transports adaptées à tous : 

- lignes urbaines, péri-urbaines, navette gratuite, transport scolaire et transport à la demande ;
- tarifs solo, groupes, entreprises, mensuels, annuels ;
- abonnements bus et vélo ;
- accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Le développement durable au cœur du réseau



Le transport public est un acteur fondamental de développement durable. Son « empreinte écologique » est très positive par rapport à celle du transport individuel : réduction de la pollution de l’air, lutte contre le bruit, meilleure occupation de l’espace… Aussi la CABA a placé cette thématique au cœur de son réseau urbain
, notamment via :
- la mise en place d’une navette gratuite reliant le parking gratuit de la place du 8 mai au centre-ville (2002);
- l'équipement du parc Stabus en filtres à particules et pots catalytiques (2003) ;
- 
l'utilisation du Diester permettant une réduction de près de 25% des émissions de gaz à effet de serre (depuis 2005) ;
- l'achat de véhicules respectant la norme Euro 5 émettant 2,5 fois moins d’oxydes d’azote, 30% de moins d’oxyde de carbone, 30% de moins de dérivés organiques et 5 fois moins de particules (2007).

Des expérimentations 100% électrique

Dans le cadre du prochain renouvellement partiel de la flotte et pour répondre aux normes relatives à la transition énergétique, une expérimentation de véhicules de transports en commun 100% électriques a été réalisée pendant les deux premières semaines de novembre 2015. Un minibus de 22 places sur le trajet de la navette et un midibus (bus de gabarit moyen) de 45 places sur les lignes urbaines et plus particulièrement sur la ligne 40 qui présente des conditions de circulation complexes avec des voiries étroites, parfois sinueuses et des dénivelés importants.
Toujours pour développer les modes de transports doux et en cohérence avec le futur pole d’échanges intermodal, la CABA va poursuivre ses expérimentations et envisage notamment d’évaluer les véhicules à hydrogène, tels que les vélos avec pédalage assisté par un moteur dont l’électricité provient d’une pile à hydrogène.

Des investissements importants



Sur la période 2007-2012, 2,43 M€ ont ainsi été investis sur le réseau de transport urbain du Bassin d’Aurillac. Quant à la navette gratuite, elle coûte 150 000 € par an à la CABA, aidée à hauteur de 30 000 € par la ville d’Aurillac.