La CABA a en charge la gestion de la plateforme aéroportuaire d’Aurillac-Tronquières. Chaque jour, une ligne aérienne relie Aurillac à Paris. Une liaison estivale vers la Corse est aussi assurée.

Ligne aérienne Aurillac-Paris

La ligne aérienne Aurillac-Paris relie l’aéroport communautaire d’Aurillac-Tronquières à celui d’Orly. Pour la période 2019- 2023, c'est à Air France, via la compagnie Regourd aviation (qui devient "Amelia"), qu'a été confiée l’exploitation de cette ligne. A compter du 1er juin 2019, trois rotations quotidiennes vers la capitale sont effectuées du lundi au vendredi, et une le dimanche soir (hors périodes de délestage). Le temps approximatif du voyage est de 1h30.

Cette « ligne d’aménagement du territoire » est reconnue par les Pouvoirs publics comme primordiale pour notre désenclavement et le développement de notre économie. Le déficit d’exploitation est ainsi financé par l’Etat et les collectivités locales.

Aurillac > Paris

du lundi au vendredi, départs à 7h05, 13h50 et 18h05
le dimanche, départ à 18h05

Paris > Aurillac

du lundi au vendredi, départs à 9h05, 15h50 et 20h05
le dimanche, départ à 20h05

Horaires donnés à titre indicatif par la compagnie aérienne.

Horaires été 2019

La liaison Aurillac-Paris ne connaît pas d'interruption totale en 2019 :

  • du 5 au 20 août, vols les vendredis soirs et dimanches soirs (départ d'Aurillac à 18h05, départ de Paris à 20h05)
  • du 21 au 23 août, reprise des vols quotidiens (du lundi au vendredi) avec les rotations du matin et du soir (départ d'Aurillac à 7h05 et 18h05) .

La reprise du programme de vols complet (incluant la 3e rotation de mi-journé) selon les horaires habituels sera effective dès les 25 et 26 août.

Liaison estivale Aurillac-Ajaccio

Une liaison estivale Aurillac-Ajaccio (Corse) est opérée depuis l'été 2016 (via Castres, sans changement) avec un vol tous les dimanches. En 2019, la liaison est renouvelée en juillet et août. Cette desserte est une initiative de la compagnie, sans intervention financière des collectivités.

Aurillac > Ajaccio

le dimanche, départ à 9 h

Ajaccio > Aurillac

le dimanche, départ à 12h25

Horaires donnés à titre indicatif par la compagnie aérienne.

La plateforme aéroportuaire

La zone aéroportuaire est implantée sur le site de Tronquières (communes d’Aurillac et d’Arpajon-sur-Cère). Elle se compose d'une aérogare, d'une vigie, d'une piste, d'un bureau d’agent de piste, d'un local énergie, de quatre hangars, d'un bâtiment pour l’aéro-club (qui dispose aussi d’un hangar) et d'équipements de signalisation (balises, phares). Des équipements de signalisations sont également situés à Messac (Crandelles), au Montal (Arpajon-sur-Cère), à Griffeuilles (Roannes-Saint-Mary) et à Belbex (Aurillac). Au delà de la ligne aérienne Aurillac-Paris, de nombreux avions utilisent cet aéroport : les avions d’affaires, de loisirs, des écoles d’aviations civiles et de l’armée…

En qualité de propriétaire, la CABA réalise les investissements nécessaires à son bon fonctionnement, avec la participation du Conseil départemental du Cantal et d'autres partenaires institutionnels. Lundi 18 décembre 2017, l’aéroport communautaire a obtenu le Certificat européen de sécurité aéroportuaire.

Photovoltaïque 

Dans une démarche de Développement Durable et de développement des énergies renouvelables, et Aurillac bénéficiant d’un ensoleillement aussi important que Toulouse ou Bordeaux, la CABA a doté ses deux hangars mitoyens d’une toiture photovoltaïque. Ces panneaux solaires produisent chaque année l’équivalent de la consommation électrique de près de 100 foyers.

Dans la continuité, la Collectivité a également mis à disposition un espace de près de 6 hectares sur la plateforme aéroportuaire pour la réalisation d'un parc photovoltaïque. 11 066 panneaux photovoltaïques d’une puissance totale de 2 820 Kilowatt-crête ont ainsi été implantés sur une cinquantaine de rangées. L'exploitation de ce parc est portée par la société Arkolia Energies. Mis en service en 2015, il produit chaque année l’équivalent de la consommation d’énergie de près de 1 400 foyers et engendre pour la CABA une recette nette annuelle évaluée à près de 57 000 €.