Un p’tit coin de paradis sous un ciel de parapluies, Aurillac

  du 18 juin au 30 septembre 2020

Les parapluies reviennent dans le ciel aurillacois cet été. Fabriqués par l’entreprise Piganiol, entreprise du patrimoine vivant, ils proposent cette année de nouvelles couleurs et de nouveaux visuels pour la place du Salut. A découvrir avant l’automne.

Pour les plus curieux, le musée d’Art et d’Archéologie d’Aurillac propose de découvrir des pièces de collection de cette tradition industrielle régionale.

Au début du XIXe siècle, l’usage du parapluie se généralise peu à peu dans l’ensemble de la société française. C’est également à cette époque que les chaudronniers ambulants alors nombreux en Haute-Auvergne diversifient leur activité et se mettent à réparer et vendre des parapluies sur les routes de France. Certains vont également se lancer dans la fabrication de cet accessoire pour lequel ils sont en capacité de réunir toutes les matières premières nécessaires, sur place ou grâce aux différents échanges commerciaux : métal, bois et toile. C’est ainsi que vont progressivement se développer plusieurs fabriques de parapluies à Aurillac, la ville devenant, dès le tournant du XXe siècle, la plus importante productrice de France.

L’histoire du parapluie d’Aurillac a connu bien des soubresauts, alternant phases d’essor et de déclin, marquée par certaines luttes sociales, notamment la question de l’émancipation féminine au début du XXe siècle, mais c’est une tradition toujours vivace, perpétuée aujourd’hui par trois entreprises locales.