La CABA a débloqué une enveloppe de 350 000 € pour soutenir, aux côtés de la Région, le secteur du Tourisme/Hôtellerie/Restauration et des entreprises de moins de 10 salariés et des associations.

350 000 € : c’est l’enveloppe qu’a mobilisé en urgence la CABA pour le soutien aux entreprises. Elle a été entérinée dès le 29 avril puis confirmée le 4 juin par le Bureau communautaire rassemblant le Président, les Vice-Présidents et les Maires. La volonté des élus est de s’adosser aux dispositifs de la Région, à qui la loi confère un rôle de chef de file en matière d’aides directes aux entreprises, et de pouvoir ainsi maximiser l’effet levier.

La CABA contribue au Fonds « Région Unie » qui vise spécifiquement les TPE (Très Petites Entreprises, moins de 10 salariés), les associations et le secteur Tourisme/Hôtellerie/Restauration, avec la garantie que ces financements seront destinés exclusivement à des entreprises de notre territoire. Comme partout, la crise provoquée par la Covid-19 a fortement impacté l’activité en mars/avril, même si la reprise s’est en partie amorcée dès le mois de mai. Selon les secteurs, la perte d’activité a pu être du tiers jusqu’à quasiment la totalité (dans l’Hôtellerie-Restauration en particulier). Ces bouleversements économiques ont aussi des conséquences sur l’emploi.

Face à cela, plusieurs dispositifs ont immédiatement été mis en place et progressivement affinés par les acteurs institutionnels - Etat, Région puis collectivités locales - pour prendre en compte les besoins et agir en complémentarité. Dans le Cantal, à fin mai, près de 11 M€ avaient ainsi été versés au titre du chômage partiel, 8,83 M€ au titre du Fonds National de Solidarité, le niveau des prêts garantis par l’Etat était de 132 M€, les aides de la Région s’élevaient déjà à près de 3 M€.

Répondre aux situations d’urgence

Le Fonds « Région Unie » a été créé pour conforter les moyens et répondre aux situations non couvertes par les autres dispositifs ou amplifier le soutien pour des secteurs particulièrement touchés. A parité avec la Région et la Banque des Territoires, la CABA y contribue à hauteur de 4 €/habitant pour permettre le déploiement sur son territoire de 2 mesures spécifiques : une aide directe pour le secteur Tourisme/Hôtellerie/Restauration ; une avance remboursable à destination des entreprises de 0 à 10 salariés, notamment celles qui ont moins d’un an d’existence, et des associations (cf. ci-contre ou  ci-dessous).

Ces crédits fléchés spécifiquement pour les entreprises du Bassin d’Aurillac correspondent à un soutien d’environ 213 000 €. Le solde de l’enveloppe communautaire permettra soit d’abonder le fonds « Région Unie » si des besoins supplémentaires se faisaient jour, soit sera fléché vers des mesures de relance notamment au travers de l’investissement.

Là réside en effet un autre levier essentiel de l’action économique de l’Agglomération. Dès le début du confinement, la CABA s’est organisée pour être à l’écoute des acteurs locaux et pour assurer la continuité des relations avec les fournisseurs et partenaires en tenant compte des contraintes, notamment par l’adaptation des procédures de marchés publics. Dès que possible, elle a facilité la reprise des chantiers en cours. Plus que jamais, malgré la baisse des ressources qu’elle subira en 2020 et très probablement en 2021, elle va continuer à donner la priorité à l’investissement : 50 M€ sont inscrits dans ses Budgets 2020. Restructuration de Souleyrie, extension de l’Yser, lancement des travaux du Pôle d’Echange Intermodal, renouvellement urbain du quartier de Marmiers, opérations d’amélioration de l’habitat, travaux d’eau et d’assainissement, projets touristiques… : autant d’opérations qui constituent la 1re aide de la CABA à l’activité économique du territoire.

 

Service Développement territorial - CABA
deveco@caba.fr

Voir toutes les actualités