D’ici 2021, la création du Pôle d’Echange Intermodal va transformer le quartier de la Gare. Première découverte de ces nouveaux espaces au travers de l’œil de l’architecte...

D’un côté, la place Pierre Sémard, urbaine et commerciale, s’articule autour du parvis de la Gare. « Les véhicules circulent lentement sur une voirie aux courbes tendues, contemporaines. Le stationnement longitudinal permet d’aérer l’espace au devant des commerces, l’un des enjeux étant de valoriser le dynamisme commercial du quartier. C’est une zone de flux apaisée, où nous donnons une place non agressive aux véhicules. Le sol est nivelé et les trottoirs sont élargis de façon à faciliter les déplacements et l’accessibilité des piétons. Zones de circulation, de stationnement, piétonnes... sont délimitées par les variations de teintes du béton et les systèmes de plantation. »

Un quartier contemporain

Imaginez... Nous sommes en 2021, et Yvan Okotnikoff, architecte, vient de guider vos premiers pas sur la nouvelle place Pierre Sémard, au cœur d’un quartier de la Gare aux espaces transformés par l’opération du Pôle d’Echange Intermodal (PEI) du Bassin d’Aurillac. Aurillac, une ville à la campagne : c’est le fil rouge qui a guidé AtelierGeorges, maître d’œuvre aux côtés d’Ingérop, Noctiluca et Igetec, dans la conception de ce nouveau lieu de convergence, d’interconnexions, de correspondances entre les différents modes de transports, qui va transformer le quartier de la Gare.

C’est d’ailleurs sous la forme d’un « parkway » que se prolonge le PEI, un concept d’aménagement paysager qui vise à intégrer des infrastructures au sein d’un environnement végétalisé. « Le rapport au paysage est important. Le talus fait écho au Puy Courny, avec du relief et la même palette végétale. A la fois ornementale et fonctionnelle, la végétation stabilise ce talus et, sur l’ensemble du projet, participe au dispositif de gestion des eaux pluviales sous la forme de noues paysagères. Les voies de circulation pour véhicules motorisés et l’allée verte (piétons, vélos...), les zones de stationnement et d’attente sont, quant à elles, séparées par ces couloirs végétalisés, véritables réservoirs de biodiversité. »

Une histoire ferroviaire préservée

L’ancrage ferroviaire tient une place importante dans ce projet ; il a fabriqué un paysage particulier. « Nous avons choisi de réutiliser au maximum d'anciens rails pour délimiter les différents espaces. La Halle « Sernam » est elle aussi conservée et ouverte pour devenir la future gare routière. En harmonie avec l’âme des lieux, les matériaux bruts comme le métal et le bois structurent l’espace. »

A côté de la gare ferroviaire voisine donc la gare routière. Le PEI propose aussi un parking courte et moyenne durée, un parc-relais desservi par la navette, des zones d’autopartage et de covoiturage, de stationnement taxi... Pour encourager des mobilités plus respectueuses de l’environnement, une allée verte (piétons, cyclistes) traverse la zone dans toute sa longueur ; des abris pour les vélos ainsi que des bornes de recharge des véhicules électriques y sont également implantées. Les énergies renouvelables auront aussi toute leur place avec des panneaux photovoltaïques et, à l’avenir, des réflexions sur la mise en place d’une nouvelle station hydrogène.

Le caractère environnemental du projet est poussé jusque dans l’éclairage. « La pollution lumineuse de la Ville d’Aurillac est très limitée. Pour poursuivre en ce sens, nous proposons une lumière d’intensité variable en fonction de l’heure. »

 

12,2 M€

Le coût du PEI est estimé à 12,2 M€ HT, financés par la CABA (7,1 M€) et la SNCF (125 000 €), avec les soutiens de l’Union européenne (FEDER - 1 180 000 €), l’Etat (639 000 €), la Région (1 437 000 €), le Département (250 000 €), la Ville d’Aurillac (1,3 M€), le Syndicat Départemental d’Energies du Cantal (79 755 €) et la Caisse des Dépôts (20 000 €). Des financements complémentaires ont été sollicités.

La CABA profite de ces travaux pour rénover les réseaux d’eau et d’assainissement de la place Pierre Sémard pour un montant estimé de 200 000 €.

Voir toutes les actualités

Vous pourriez aussi être intéressé par...