Les acteurs du territoire étaient réunis pour les Assises nationales de la mobilité, qui se sont tenues lundi 6 novembre à Aurillac en présence des ministres Elisabeth Borne et Jacques Mézard.

Les Assises nationales de la mobilité, c'est une large concertation sur la problématique des transports du quotidien, une démarche participative à l'échelle de la France, un grand débat ouvert par Elisabeth Borne, Ministre chargée des Transports (auprès du Ministre d’Etat, Ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot). Lancées à l'automne pour trois mois, les Assises de la mobilité visent à recueillir les idées des acteurs de la mobilité, des élus et des citoyens français, pour construire un projet de loi d’orientation des mobilités qui sera présenté par la Ministre au début de l’année 2018.

Dans ce cadre, divers ateliers ont été mis en place : ateliers territoriaux, ateliers thématiques, ateliers de l'innovation et Conseil d'orientation des infrastructures. Les débats s'articulent autour de six thématiques : environnement (des mobilités plus propres), numérique (des mobilités plus connectées), fractures sociales et territoriales (des mobilités plus solidaires), intermodalité (des mobilités cohérentes et complémentaires), sécurité et sûreté (des mobilités plus sûres), gouvernance et financement (des mobilités plus soutenables).

Penser ensemble la mobilité de demain

La Préfecture du Cantal a été choisie pour accueillir une étape de ces Assises, qui s'est tenue lundi 6 novembre en présence d'Elisabeth Borne et de Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion des Territoires. Après plusieurs visites de terrain en matinée, les ateliers territoriaux qui s'y sont déroulés ont permis à chacun d'exprimer sa vision de la mobilité de demain : des transports à destination de tous et notamment des publics fragiles ou isolés, une RN 122 modernisée, le développement d'infrastructures numériques et énergétiques, mais aussi des compétences mutualisées, des services plus proches des usagers, et surtout des investissements raisonnables, programmés et concrétisés.

"Nous avons assisté ici à des expressions de sagesse, de bon sens, a souligné le Ministre Jacques Mézard. Nous, habitants de ce territoire, demandons simplement ce que l'on considère comme nécessaire pour vivre normalement, soit des solutions pragmatiques pour améliorer les réseaux existants, et ainsi pouvoir nous inscrire dans la modernité. L'enjeu est aujourd'hui de faire preuve d'équité en s'adaptant aux différents besoins des territoires. Chez nous, l'inquiétude grandit quant aux liaisons ferroviaires, nos routes sont enclavées de tous côtés, la pérennité de la liaison aérienne est essentielle pour l'économie. C'est pourquoi nous avons besoin de visibilité pour l'avenir."

Améliorer l'existant pour proposer de nouvelles mobilités

"J'ai bien compris que la mobilité est un véritable enjeu dans le Cantal, a souligné Elisabeth Borne. La diversité de vos beaux paysages rend difficile l'aménagement de ce territoire. Ici, en effet, on ne nous demande pas de grandes infrastructures mais on nous parle plus modestement de transports quotidiens et de la difficulté d'accéder aux services, à l'emploi, à la formation... Des solutions existent déjà -bus, navette, covoiturage, aéroport- mais elles nécessitent des équipements à niveau. L'objectif de ces Assises est d'offrir à chacun le bénéfice des innovations pour sortir de l'isolement. Sachez que l'Etat sera à vos côtés dans la restructuration des infrastructures de transport, pour améliorer les déplacements quotidien, pour conforter la connexion de ce territoire à Paris, et pour accompagner les mutations technologiques."

Jusqu'en décembre, tous les citoyens et acteurs locaux sont appelés à s'exprimer sur la pateforme internet des Assises (voir ci-contre). Le Bassin d'Aurillac et le Cantal ont besoin que nous soyons nombreux à faire entendre la voix de notre territoire !

Voir toutes les actualités